Habana Frikis
2012/2013

En 2012, avant que les États Unis ne lèvent l’embargo, je suis partie en tournée avec sept groupes de punk et de hardcore venus d’Europe et d’Amérique. Le festival, le Brutal Fest Tour, était organisé par un français expatrié à La Havane. Nous avons voyagé à Cuba pendant dix jours en bus.
J’ai découvert une scène punk active et intense, malgré le fait que les «kids» n’avaient pas accès à ce type de musique, à des CDs, ni même à l’internet à cause de l’embargo. Ils se débrouillaient pour obtenir la musique, les vêtements, des médiators pour leur guitare, ou demandaient aux groupes étrangers des baguettes de batterie. Je suis restée une semaine de plus à La Havane pour faire ce travail photographique.
Ce travail a fait l’objet d’une auto-édition nommée «Habana Frikis», éditée à 25 exemplaires et distribuée par Einer Books. Les images sont accompagnées de documents numérisés, de textes et d’anecdotes.

Habana Frikis
2012/2013

In 2012, before the United States lifted the embargo. I went on tour with seven punk and harcore bands from Europe and America. The festival, Brutal Fest Tour, was organized by a French man living in La Havana. We travelled around Cuba for ten days in a tour bus.
I discovered that there was a vibrant Cuban punk scene, despite the fact that the kids did not have access to this kind of music, to CDs or to the internet because of the embargo. They would manage to find music and clothes, picks for playing guitar, asked for drum sticks to the foreign bands. I stayed one week more after the tour to hang out with the kids.
The following texts were featured in a self published edition I made in 2012.