Aux Éclats

À l’origine de tous les rapports : la bouche - qui tête, mange, qui boit et qui parle. Qui sourit ou serre les dents.
Ce qu’on appelle le sourire, entre bouche, mâchoire, fossettes et dentition, constitue l’interface entre l’intime et l’extérieur. « Venu un temps où je reconnaissais mes patients à leurs dents » me dit Ariane Berdal, directrice du laboratoire de Physiopathologie Orale Moléculaire : les dents, seuls organes qui résistent au temps, permettent l’identification des cadavres. Elles permettent aussi de spéculer sur l’identité d’un individu, son milieu social, sa santé ou son alimentation. Les dents du toxicomane, de l’anorexique, du fumeur, du buveur de thé, de la star de cinéma ; la lèvre fendue du bec-de-lièvre, la mâchoire béante des gueules cassées ; les grillz en or et les diamants incrustés.
Autant de marqueurs subis ou volontaires de l’identité sociale, psychologique et personnelle de l’individu que concentre le « sourire ».

Téléchargez le livre ici.

http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_inserm1.jpg
http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_inserm2.jpg
http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_gueulescasses.jpg
http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_201401-sans-titre25-modifier.jpg
http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_201405-inserm03-020-modifier.jpg
http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_201401-sans-titre05-modifier.jpg
http://rebeccatopakian.fr/files/gimgs/47_grillex12.jpg